La planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968) - ★★★★★★★★★★ (2024)

La planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968) - ★★★★★★★★★★ (1)

La planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968) - ★★★★★★★★★★ (2)

Après avoir redécouvertl'intégralité de la franchise La planète des singes,du classique de Franklin J. Schaffner sorti en 1968, jusqu'au récentLa Planète des Singes : Le Nouveau Royaume de Wes Ball et en passant par la purge signée en 2001 par TimBurton, il est un fait accompli auquel adhéreront certainement plusfacilement les anciens que les spectateurs fraîchement sortis desentrailles de leur mère: rien ne pourra jamais remplacer unbon scénario. Pas même la moindre profusion d'effets-spéciaux,aussi exceptionnels puissent-ils être ou une quelconque mise enscène définie comme remarquable. C'est en cela qu'il me paraîtobjectif de penser que le tout premier volet de cette somptueuse sagaégalement adaptée sur le petit écran au travers d'une série enquatorze épisodes diffusés pour la première fois en 1974 reste lemeilleur d'entre tous. Sa sobriété demeurant telle que lalisibilité du et DES messages qu'il transmet est d'une admirablefluidité. Œuvre de science-fiction mythique parmi les plusfondamentalement nécessaires de la seconde moitié du vingtièmesiècle, La planète des singesde Franklin J. Schaffner délivre un message social et politique sansdoute aussi importants que le sera celui promut par un autreclassique du genre qui verra le jour quatre ans plus tard:Soleil vertde Richard Fleischer. L'adaptation du roman de l'écrivain françaisPierre Boule n'a absolument pas perdu la moindre parcelle d'intérêtdans sa particularité de long-métrage témoignant des conditionsd'existence d'un peuple que nous jugeront jusqu'au dernier instant durécit, d'humanoïdes.

La planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968) - ★★★★★★★★★★ (3)

Carcomme nombre de (télé)spectateurs ont pu jusque là le découvrir,la sidérante conclusion du film absorbe tous les préjugés liés àla suprématie du peuple single sur cette espèce très proche denous, renvoyant systématiquement notre humanité vers la déchéanceà laquelle elle semble sciemment être promise. Les CGIn'étant pas encore à l'ordre du jour, c'est à l'aide demaquillages prosthétiques que leurs concepteurs vont donner vie àun peu de singes dont les différents groupes seront ici biendéterminés. C'est ainsi que l'on distingue trois d'entre eux:les chimpanzés, qui en grande majorité représentent le peuple maissont aussi à travers les personnages de Zira (Kim Hunter) et deCornélius (Roddy McDowall), les scientifiques du récit. Deuxindividus prompts à reconnaître des valeurs rationalistes rejetéesen bloc par ceux qui représentent de leur côté, la justice et legouvernement. Les orangs-outangs, principalement figurés à l'écranpar le Docteur Zaïus (Maurice Evans), ministre incrédule dessciences et surtout, défenseur en chef de la foi simiesque. Quantaux gorilles, ceux-là sont les bras armés du peuple singe.Agressifs, ils chassent l'homme jusqu'à sa capture (dans lemeilleurs des cas) ou son éradication (dans le pire). Mais revenonsjustement à ce qui va bientôt opposer nos deux sympathiqueschimpanzés au ministre des sciences dont les valeurs reposentdavantage sur d'anciens écrits que sur d'authentiques preuves quiremettraient en question la supériorité des singes. C'est ainsi quedébarquent sur cette étrange et lointaine planète troisastronautes dont le chef d'équipage semble être le capitaine GeorgeTaylor, lequel est incarné par l'immense Charlton Heston.

La planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968) - ★★★★★★★★★★ (4)

Unquatrième est mort lors de leur traversée dans l'espace. Alors quela navette des trois survivants s'enfonce dans les eaux du lac oùelle est venue s'écraser, Taylor découvre sur le compteur dutableau de bord que plus de deux siècles se sont écoulés depuis ledécollage de leur navette en 1972. Survivant à un long péripledans un désert aride, Taylor ainsi que ses deux compagnons Landon(Robert Gunner) et Dodge (Jeff Burton) vont se retrouver dans unchamp où ils seront traqués au même titre qu'un groupe de sauvagespar des gorilles à cheval et armés de fusils! Dodge y perdrala vie tandis que Landon disparaîtra des radars durant un bonmoment. Quant à Taylor, blessé à la gorge, celui-ci se retrouveraenfermé dans une cage, devenant ainsi un objet de curiositéscientifique pour le chimpanzé femelle prénommé Zira... Un hommeoui, mais un danger qui sans doute pourrait remettre en question lavalidité du concept selon lequel, celui-ci ne serait au mieux qu'unchaînon manquant dans l'évolution du singe. Hypothèse amusante,surtout si d'un point de vue strictement humain nous la confrontionsnous-mêmes à Lathéorie de l'évolutionémise par le naturaliste et paléontologue britannique CharlesDarwin dans son ouvrage L'originedes espèces ennovembre 1859... Bénéficiant d'un budget n'excédant pas les sixmillions de dollars, La planète des singesrepose donc essentiellement sur ce sujet central et moins sur lecombat d'un homme pour sa survie contre des singes qui auraient toutintérêt à le faire disparaître. Film éminemment divertissant, aumessage parfaitement clair, doté de séquences possédant un hautpotentiel de stress quand d'autres s'avèrent particulièrementglaçantes (la découverte de Dodge, empaillé et exhibé dans unmusée ou de Landon, lobotomisé), excellemment incarné et offrantdes effets-spéciaux pour l'époque, très satisfaisant, lelong-métrage de Franklin J. Schaffner est un véritablechef-d’œuvre. Un modèle de sobriété dans sa mise en scène,d'écriture logique mais terriblement implacable, où chaqueinterprète et donc chaque personnage est à sa place. Bref,difficile d'y trouver la moindre remarque négative...

La planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968) - ★★★★★★★★★★ (2024)

References

Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Jamar Nader

Last Updated:

Views: 5729

Rating: 4.4 / 5 (75 voted)

Reviews: 90% of readers found this page helpful

Author information

Name: Jamar Nader

Birthday: 1995-02-28

Address: Apt. 536 6162 Reichel Greens, Port Zackaryside, CT 22682-9804

Phone: +9958384818317

Job: IT Representative

Hobby: Scrapbooking, Hiking, Hunting, Kite flying, Blacksmithing, Video gaming, Foraging

Introduction: My name is Jamar Nader, I am a fine, shiny, colorful, bright, nice, perfect, curious person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.